MEF/DNIP : Rideau sur l’évaluation à mi-parcours des contrats de performance des projets et programmes d’investissements publics.

182

C’est à l’issue de trois (3) semaines d’intenses travaux que l’exercice novateur d’évaluation des contrats de performances engageants les coordonnateurs des Unités de Gestions des Projets et Programmes d’Investissements Publics sous financement extérieur (FINEX) a pris fin, jeudi 3 aout 2023 à Conakry. L’exercice mené par un Comité technique a passé au peigne 49 projets et programmes d’investissements publics financés par la Banque mondiale (18), la Banque Africaine de Développement (18) et la Banque Islamique de Développement (13) suivant des critères portant des indicateurs de performance en rapport avec les acquisitions, la gestion financière et administrative, le niveau de décaissement ainsi que le tableau de suivi-évaluation du projet conformément au Plan de Passation des Marchés (PPM) et au Plan Travail du Budget Annuel (PTBA) validés par le Comité de Pilotage (COPIL). En somme, le Comité Technique a regardé  pour chaque projet, les objectifs assignés, les difficultés et défis opérationnels rencontrés pour essayer d’apporter des solutions adaptées afin d’aider à la mise en œuvre rapide, efficace et efficiente des activités en faveur des populations.

 

A l’entame de la cérémonie de clôture, le Président du Comité Technique des évaluateurs a salué l’initiative lancée et appuyé par le Ministre de l’Economie et des Finances, au nom des principes de bonne gouvernance et de gestion vertueuse des finances publiques. El Hadj Abdoulaye Toure a souligné le travail de qualité et la rigueur avec laquelle son équipe a évalué ces projet, tout en s’engageant à développer la culture de l’évaluation continue dans le but de contribuer à la gestion efficace et performante des portefeuilles actifs.

Saisissant l’opportunité, quelques Coordonnateurs des Unités de Gestion des Projets ont salué l’exercice et l’approche à l’image de Dr Bernard Condé et de M Paul Faber qui ont confié au Ministre Moussa Cissé et ses proches collaborateurs « se sentir désormais plus que jamais, suivis, appuyés et accompagnés dans la gestion des projets. Nous nous sentons plus orphelins ! parce qu’encadrés. Nous promettons de faire en sorte qu’à l’évaluation de fin d’année, les tableau d’ensemble soit plus reluisant en termes d’amélioration des performances » indiqueront-ils.

Fait remarquable et salutaire, des représentants des partenaires techniques notamment, de la Banque Mondiale (BM), de la Banque Africaine du Développement (BAD) et de la Banque Islamique du Développement (BID) ont participé à cet exercice en qualité d’observateurs, lors des évaluations en fonction des portefeuilles actifs programmés. Présent à la cérémonie de clôture, le représentant Pays de la Banque Islamique de Développement s’est réjoui de cet exercice qui participe du dialogue pays avec les institutions qui appuient la Guinée.

Alpha Bacar Diallo s’appesantira sur les constats et recommandations. Constats pour la diversité de compréhension des procédures de la BID, la demande forte d’une célérité dans l’obtention des ANO, besoins de libérer les contreparties et nécessité de produire et de fournir des rapports de qualité aux Bailleurs. Il a recommandé l’organisation de sessions de renforcement de capacités des unités de gestion des projets et suggéré des réunions spécifiques de suivi rapproché des portefeuilles pour débloquer des situations complexes, facteur de blocage.

Mme la Conseillère à la Présidence de la République, Membre du Comité Technique a elle soulevé la dimension genre dans la conduite des projets : « sur 49 projets évalués, il n’y a qu’une seule femme coordinatrice » regrettera, Mme Kaba. Une sonnette d’alarme, invitant à corriger cette situation à l’avenir.

Ravi et comblé des résultats de l’exercice, le Ministre de l’Economie et des Finances remerciera et félicitera les membres du Comité d’évaluation et tout le staff de la Direction Nationale des Investissements Publics ayant travaillé, à la réussite de la revue. Pour le Ministre Moussa Cissé « Cet exercice est normal qu’il va falloir intégrer et développer dans les pratiques administratives….l’auto-évaluation pour s‘assurer que ce qu’on fait est bon et produit des résultats surtout, aux bénéfices des populations ». Au-delà de l’évaluation et de vos activités de gestion au bureau, relèvera le Chef de Département des Finances : « allez sur terrain pour s’assurer l’exécution physique des projets. Les populations attendent des résultats … c’est la vision du Chef de l’Etat celle de voir les conditions de vies des populations s’améliorer davantage relativement aux performances saluées par nos partenaires au développement ces derniers temps » insistera-t-il

Le Ministre Gouverneur pays a promis un suivi rapproché auprès des partenaires au Développement pour débloquer des situations et faciliter la mise en œuvre des projets, chaque que ce sera utile et nécessaire. Il a exhorté la Directions Nationale des Investissements Publics à renforcer les relations de collaborations dans l’accompagnement technique des staffs des projets en lien avec les bailleurs. Membres du Comité Technique, responsables de projets, représentants des bailleurs et même, le Ministre de l’Economie et des Finances, « ont tous, salué, apprécié la disponibilité et surtout, le travail abattu par la DNIP en termes de soutien technique et logistique ». Rendez-vous est pris pour l’évaluation de fin d’année 2023 ! Mais en attendant, des missions de supervisions de la DNIP se rendrons incessamment sur le terrain pour voir la situation réelle de mise en œuvre des projets évalués.

Rappelons enfin, que cette évaluation à mi-parcours des contrats de performances des projets et programmes d’investissements publics/2023, était en parfaite adéquation avec la feuille de route du Département de l’Economie et des Finances. Un ministère appelé au regard de ses missions et attributions, à apporter (en cette période de refondation et de rectification institutionnelle de l’Etat) une impulsion nouvelle à la gouvernance des finances publiques sous le prisme de la transparence, de la reddition des comptes et de la redevabilité dans la gestion des derniers publics.

Service de Communication, Relations Publiques MEF.

Article précédentUne Mercuriale des Prix en Guinée : Un instrument clef d’orientation pour une gestion efficiente de « la commande publique. »
Article suivantVoyage d’études des hauts cadres du Trésor : Mission accomplie à Abidjan !