Les suites à Kigali (Rwanda) du grand voyage d’études d’une délégation composée de seize (16) hauts cadres guinéens.

280

La capitale rwandaise, Kigali accueille depuis lundi dernier, une forte délégation composée de seize (16) hauts cadres guinéens issus de la Présidence, de la Primature, du Ministère de l’Economie et des Finances, du Budget, du Plan et de la Coopération Internationale. Avec la partie rwandaise puissamment mobilisée, les Guinéens partagent depuis le 13 février dernier, les bonnes pratiques en matière de gestion des finances publiques. Les échanges portent de façon plus pointue sur l’approche ‘’cycle budgétaire’’ allant de la planification/ programmation aux procédures de passation de marchés publics, au système de contrôle en passant par les dispositifs de suivi du budget de l’Etat et autres organismes publics. Les deux parties évoquent également les différentes réformes engagées, les outils mis en œuvre ainsi que les clés de succès.  

Des travaux placés sous la présidence du Ministre rwandais des Finances et de la Planification Économique qui, en accueillant cette forte délégation « a salué la dynamique de la coopération bilatérale et la qualité du partenariat entre les deux pays. » Le patron du Département de l’Economie, des Finances et de la Planification au Rwanda, échangeant avec les hauts cadres guinéens a apporté un éclairage sur le contexte historique du Rwanda avant d’insister sur les réformes entreprises par les autorités afin de reconstruire le pays au lendemain du génocide.

Dans cet exposé liminaire, le Ministre rwandais a rappelé l’impact de la colonisation et le poids du génocide récent sur l’effritement du tissu social national et surtout le remède apporté par la justice traditionnelle et réconciliatrice ayant permis de forger le caractère du peuple rwandais et cimenter ‘’le vivre ensemble et la cohésion nationale’’. Le Ministre rwandais affirmera que les avancées remarquables obtenues par son pays ont pour socle, la réforme en profondeur dans l’éducation, la santé, l’équité et le genre afin de réduire les inégalités ; la gestion rigoureuse, la discipline et la tolérance zéro face à la mal gouvernance et à la corruption. Des principes sacro-saint qui ont permis au Gouvernement rwandais de reconstruire le pays et de bâtir une économie forte et émergeante.

D’autres paquets de reformes ont suivi précisera-t-il notamment la lutte contre le favoritisme dans la commande publique en privilégiant la transparence ; la création des conditions favorables aux secteurs (public et privé), la promotion des Investissements Directs Etrangers (IDE) ; l’inclusion sociale et la réduction de la pauvreté (passée de 78% à 36% à date). A cela s’ajoute la valorisation du secteur digital. Toutes choses faisant du Rwanda, le 2eme pays africain au classement ‘’doing business’’ de la Banque mondiale. Le Ministre rwandais des Finances et de la Planification Économique très satisfait de ces échanges a souhaité les voir aboutir à des conclusions fructueuses à travers le partage d’expérience entamé.

En réponse, Madame la Conseillère Principale du MEF a, au nom de la délégation guinéenne, remercié le Ministre et toute son équipe pour l’accueil chaleureux réservé à la délégation. Mme Kourouma Emilie Bernadette a ensuite transmis le message de remerciement du Ministre Moussa CISSE, Chef du Département de l’Economie et des Finances de la Guinée. Mme Kourouma a souligné ce faisant, l’objectif de ce voyage d’études qui se situe « dans le cadre des réformes en cours en Guinée pour l’atteinte des objectifs de la refondation de l’Etat prônée par le Président de la Transition, Chef de l’Etat, Colonel Mamadi Doumbouya. » Pour les Guinéens, le Rwanda au regard des performances affichées « constitue aujourd’hui un modèle en matière de gouvernance et de gestion du développement, c’est pour cela dès sa première déclaration à son avènement au pouvoir, le Chef de l’Etat guinéen a dit qu’il allait s’inspirer du modèle rwandais en vue d’accélérer son développement. » confiera, la Conseillère Principale du MEF.

Elle a enfin affirmé avoir pris bonne note des éclairages et orientations stratégiques fournis par le Ministre Rwandais des finances. Un exposé qui a balisé la suite des   travaux d’échanges, conformément à l’agenda planifié. Après la réunion introductive les échanges entre les 2 parties ont porté essentiellement sur la Gestion de la Trésorerie et télépaiement, l’Extension du périmètre du compte unique du Trésor (CUT), le suivi et l’opérationnalisation du CUT, la participation du Trésor à la plateforme électronique du Système National de paiement.

Les débats et discussions ont aussi gravité autour de l’expérience rwandaise en matière de gestion de la comptabilité informatisée, la politique et la stratégie d’endettement, le processus de privatisation des unités industrielles et la gestion du portefeuille de l’Etat.  Des questions essentielles portant notamment sur la gestion des investissements publics et le Partenariat Public et Privé (PPP), la procédure de passation des marchés publics, le contrôle et l’audit dans le secteur public ainsi que l’évaluation de la performance des projets et programmes ont été passées au peigne fin.

Ces travaux ont permis en définitive à chaque service technique présent, de noter les bonnes pratiques au niveau de toute la chaine d’exécution du budget de l’Etat. La délégation guinéenne a déjà noté et apprécié les progrès significatifs dans la pratique de gestion financière au Rwanda dans des domaines majeurs. C’est le cas notamment dans la Digitalisation du processus budgétaire avec une application domestique dédiée à cet effet. Une application interfacée avec d’autres application interne, qui réduit progressivement le secteur informel et facilite la mobilisation des ressources domestiques.

Il en est de même avec la simplification du système du contrôle, accordant davantage de responsabilité aux gestionnaires des crédits avec le développement d’un dispositif de contrôle interne,  renforcé par la mise en place d’un auditeur interne. Enfin, il y a l’existence d’un Auditeur Général des Finances Publiques, équivalent de la Cour des comptes en Guinée ; une instance suprême du contrôle qui couvre l’ensemble des organismes publics et disposant de toutes les compétences requises dans les domaines variés (finances, ingénierie, NTIC), permettant à l’office de procéder régulièrement à l’audit de la performance des projets et programmes

Débuté le 13 février, le voyage d’étude des hauts cadres guinéens sera clôturé, le 18 février 2023 par une grande réunion synthèse et une visite de terrain au mémorial du Génocide au Rwanda.

Info synthèse via Kigali/ Service Communication Relations Publiques

Article précédentGuinée/Rwanda: Une mission de hauts cadres guinéens en voyage d’étude et d’échanges à Kigali.
Article suivantLE MINISTRE MOUSSA CISSÉ CÉLÈBRE 94 FONCTIONNAIRES QUI ONT FAIT VALOIR LEURS DROITS À LA RETRAITE