Le Ministre Mourana Soumah en route pour Nairobi afin de prendre part aux 60 ans de la BAD couplés aux assemblées annuelles du Groupe dans la capitale kenyane

130

Il y aura à partir du 27 jusqu’au 31 mai 2024,du beau monde à Nairobi pour assister ou participer aux traditionnelles Assemblées annuelles du Groupe de la Banque Africaine de Développement (BAD).Un grand événement doublé d’une symbolique puissante, la banque panafricaine fêtant cette années, ses 60 ans de bons et loyaux services offerts pour soutenir et accompagner le développement des économies du continent noir. Parmi les invités et personnalités prestiges à cet événement, le Ministre de l’Économie et des Finances, Mourana Soumah, Gouverneur pays pour la Guinée à la BAD.

Le Ministre Mourana Soumah et ses pairs Gouverneurs, aux côtés des chefs d’États et de Gouvernement africains ainsi que des représentants des partenaires mondiaux issus des secteurs public et privé, des acteurs de la société civile, des chercheurs et universitaires, des techniciens et experts venus des 4 coins de la planète échangerons dans la capitale kenyane, autour de la thématique majeure : la réforme de l’architecture financière mondiale au cœur des assemblées 2024.

Un sujet d’une actualité brûlante pour des économies africaines confrontées aux chocs extérieurs ainsi qu’aux épreuves internes. En effet, les Africains s’interrogent sur le niveau d’engagement et la volonté des nations développées à être davantage solidaires et surtout ouvertes à revoir les mécanismes et conditions de financement du développement. « L’Afrique fait partie du système mondial et lorsqu’on parle de l’architecture financière mondiale système mondial, l’Afrique y participe en passant par l’Union africaine qui, elle, fait partie du G20. Mais outre cette plateforme pour laquelle nous veillons à ce que la voix de l’Afrique soit entendue, nous avons beaucoup d’autres possibilités pour que le continent puisse participer au débat mais également pour diriger les réformes de cette architecture financière mondiale », alertait déjà depuis Nairobi, le professeur Kevin Urama, chef économiste et vice-président en charge de la recherche de la BAD.

Les Africains veulent peser dans le choix des décisions et orientations de l’architecture financière mondiale. Une approche qui a pris de l’étoffe et du poids, en terme de préoccupations depuis que la pandémie covid 19 a frappé le continent et le monde. Et depuis, on le sait, le continent s’est retrouvé face au défi de la relance économique pour retrouver la trajectoire du développement, se heurtant fort malheureusement aux obstacles lies à ses engagements concernant la dette, dans un contexte de croissance démographique et de lutte contre les changements climatiques.

Ce goulot d’étranglement qui freine l’essor économique du continent a poussé le directoire de la BAD, à sonner l’alerte. Une voix dès lors, portée par le président de la BAD. Pour Akinwumi Adesina « L’ordre mondial créé après la deuxième guerre mondiale (le multilatéralisme) a conçu une certaine architecture financière au travers des institutions qui ont été créées à cette époque, dont notre continent était absent. Et je pense que le moment est venu de revoir cette architecture financière mondiale en ce qui concerne l’Afrique, afin de prendre en compte nos besoins », confiant il déjà en déclarait il déjà, à la presse, en novembre 2022.
Ce cri de cœur est partagé par les dirigeants africains, au rang desquels le Ministre guinéen de l’Économie et des finances. Pour Mourana Soumah « les Africains se doivent de trouver des solutions endogènes et novatrices pour mobiliser et sécuriser les ressources internes et faire un plaidoyer afin que les capitaux internationaux aillent là où il y a le plus de besoin dans le financement… notamment des économies africaines. »

Le Ministre Gouverneur Mourana Soumah fait partie du groupe restreint des Gouverneurs africains, engagés à porter la voix de l’Afrique. Il est très attendu dans les rencontres en panels, le caucus des Gouverneurs et dans les sessions en plénière à Nairobi.

En prélude à l’ouverture des assemblées de Nairobi, Vincent Nmehielle, secrétaire général de la Banque, avait déjà insisté sur cet aspect lié au besoin « après la deuxième guerre mondiale, l’Europe s’est pleinement redéveloppée. Mais après la colonisation, l’Afrique n’a jamais été reconstruite. Le fait est que dès 1945, avec la création des institutions de Bretton Woods, la finance de développement a été structurée sans accorder de faveurs au continent africain. C’est la raison pour laquelle il faudrait réformer l’architecture financière mondiale ».

De source interne au niveau de la BAD,  « la résilience dont l’Afrique fait preuve » justifierait l’importance et la pertinence de cette réforme afin d’accélérer la transformation du continent perturbée par les récentes crises.

A Nairobi, outre les efforts fournis pour stabiliser le cadre macro-économique, les réformes engagées pour relancer l’économie guinéenne qui s’est montrée très résiliente en dépit de l’impact de l’explosion du dépôt de carburant de Conakry, le Chef de la délégation guinéenne défendra les résultats majeurs obtenus en Guinée, sans oublier les retombées attendues du Mēga projet Simandou, lors de ses rencontres avec le board de la BAD et surtout avec les partenaires techniques et financiers présents à l’événement. Mourana Soumah espère ramener une belle moisson d’enveloppes de financement des projets et programmes d’investissements publics pour le bien des populations guinéennes.

Le Ministre Mourana Soumah est accompagné du Ministre du Plan et de la Coopération Internationale, des hauts cadres de la Primature et du MEF parmi lesquels, Lamine Camara, Conseiller en charges des finances Publiques, Mohamed Diallo, Directeur National du Contrôle des Marches Publics et Ibrahima Sory Camara, Directeur National des Investissements Publics.

Service Communication, Relations Publiques MEF

Article précédentMEF/ FMI : des cadres et agents de la Dette Publique en formation aux techniques d’élaboration et de mise en œuvre du Plan Annuel de Financement.
Article suivantArrêt sur images/Le Ministre Mourana Soumah et sa suite aux Assemblées annuelles du Groupe de la Banque Africaine de Développement (BAD) à Nairobi au Kenya.