La Ministre de l’Économie et des Finances présente les perspectives macroéconomiques à la réunion du Groupe Consultatif à Paris.

316

Jeudi 16 novembre 2017, Malado KABA, Ministre de l’Économie et des Finances, a participé à la deuxième session intitulée : Vision et stratégies globales de développement, lors de la première journée de la réunion du Groupe Consultatif à Paris.

La Ministre a commencé son intervention en montrant que la Guinée pouvait réussir à atteindre ses objectifs avec la promotion de la transformation structurelle de l’économie et de la chaîne des valeurs, notamment dans les filières agricoles en passant d’une agriculture à l’agro-industrie.

Malado Kaba a, par ailleurs, souligné que nous tirions la plupart de nos revenus des exportations minières et qu’à l’aide du PNDES on pouvait diversifier les sources d’exportation avec le développement du secteur énergétique, notamment avec la construction du nouveau barrage (Souapiti) qui devrait placer la Guinée comme un pays exportateur d’énergie de premier plan.

Lors de sa présentation, la Ministre a également démontré que l’économie guinéenne est en pleine croissance. En effet c’est l’une des croissances les plus élevées de la sous-région, malgré la traversée de deux (2) années difficiles et de deux (2) chocs importants : le virus Ebola et la baisse du prix des matières premières. Avec ces contraintes, la Guinée a fait preuve d’une résilience importante et aujourd’hui elle affiche une croissance de 6.6% pour 2016 et pourrait atteindre 6.7% en 2017.

À moyen terme, la Guinée vise une croissance annuelle qui tournerait autour de 10%. Nous avons la conviction que le PNDES a le potentiel d’augmenter cette croissance à deux (2) chiffres à l’horizon 2020.

Au niveau des investissements, la situation de croissance a été portée par un afflux massif d’investissements directs extérieurs en 2016 qui s’est accompagnée d’une forte importation de biens intermédiaires et cela traduit, bien évidemment, la reprise mais aussi le démarrage de plusieurs projets miniers et de grands projets d’infrastructures au niveau des routes et dans le secteur de l’énergie.

Au niveau budgétaire, la Guinée a été en mesure de résorber son déficit budgétaire avec la réalisation en 2016 et en 2017 d’un excédent au niveau du solde primaire et les efforts d’ajustements ont été remarquables.

Au niveau de la dette publique, le pays présente un taux d’endettement largement inférieur à celui des autres pays de la CEDEAO et cela a été permis par l’allégement dont on a bénéficié au titre de la dette extérieure et de l’initiative des pays très endettés. Malado Kaba a insisté sur la question du réendettement en montrant que cela permettait de financer des investissements productifs en veillant à ne pas hypothéquer l’avenir des générations futures.

La Ministre a conclu son intervention avec trois (3) mots: rupture, ouverture, envergure. « Rupture avec la gestion des décennies passées, ouverture sur le monde et les investisseurs, envergure de la vision et des actions ».